Commentaires récents

Partagez



Si vous aimez, merci pour un petit soutien virtuel ;)

Quelques adresses

Gino Sorbillo, dit le roi de la pizza napolitaine ouvre une pizzeria à Rome sur la place Piazza Augu [...]

Voici une petite sélection, non exhaustive, des cafés romains les plus réputés : Sant'Eustachio [...]

[mapsmarker layer="23"] [...] L’article Carte de quelques adresses est apparu en premier s [...]

Bon à savoir : le menu se décompose en quatre parties principales : l’antipasto, le primo, le second [...]

Une bonne pizzeria avec cuisine dans le cœur de Rome [...] L’article Pizzeria Emma est apparu en pre [...]

l'Enoteca al Parlamento Achilli est un bar à vin et restaurant de qualité, qui plait beaucoup a [...]

La morue est une spécialité romaine, et c'est la spécialité de ce petit restaurant nommé justem [...]

Le Pentagrappolo est un bar à vin sympa, proche du Colisée. On peut aussi diner en dégustant charcut [...]

Dans le quartier Salustiano, un très beau four à pizzas, qui fait de bonnes pizzas ! Mais aussi, de [...]

Sur la Via Appia, dans un cadre très tranquille, il est très agréable de déjeuner dans la petite cou [...]

A Trastevere, la trattoria Da Enzo al 29 (au numéro 29) est un restaurant traditionnel avec des plat [...]

l'Enoteca il Goccetto est un petit bar à vin sympathique, qui propose aussi fromages et charcut [...]


Le petit journal romain > Fêtes et manifestations > Festivals > RomaEuropa Festival 2018

RomaEuropa Festival 2019

roma europa festival 201934e édition du festival consacré au monde contemporain, manifestations de théâtre, danse, musique, cinéma
17 septembre – 24 novembre 2019


Le festival Romaeuropa est de retour sur scène de la capitale italienne avec un catalogue complet d’événements cosmopolites, avec 377 artistes de 27 pays qui sont les protagonistes de 126 événements organisés dans 20 espaces de la ville, dont des événements de danse, de théâtre, de musique, d’arts numériques et des événements pour enfants .

Le titre de la nouvelle édition, “Paysage”, fait référence à une géographie contemporaine entre virtualité et réalité, avenir possible et présent ambigu, nous invitant à réfléchir aux grands thèmes de nos actualités: immigration, genre, urbanisation, urgence climatique. Les projecteurs du festival illuminent des lieux et des espaces à découvrir et à parcourir, qui constituent un paysage, selon les termes de la présidente de la Fondation Roma Europa, Monique Veaute, “éphémère au sens réel du terme, tant au niveau théâtral, chorégraphique que musical”.

Pour accueillir physiquement ces nouvelles explorations, plusieurs espaces de Rome s’y consacrent : les espaces de l’auditorium Parco della Musica, le Palazzo delle Esposizioni, le Mattatoio et certains théâtres de la ville.

Le festival est divisé en 5 sections, combinées à une programmation parallèle conçue pour les familles, avec des ateliers, des conférences et des activités amusantes gratuites.

LA DANSE. PAYSAGES EN MOUVEMENT Après l’inauguration confiée à la danse sauvage de la brésilienne Lia Rodrigues, avec son “Fury”, de grands noms de la danse sont présentés pour la première fois ou reviennent sur les lieux, dont Akram Khan, William Forsythe, Aurélien Bory, la compagnie Rambert avec la musique live de Phil Selway de Radiohead et les peintures de Gerard Richter.

THÉÂTRE. PAYSAGES DU PRÉSENT Sur scène, quelques-uns des réalisateurs les plus acclamés de la scène contemporaine: Milo Rau et son Orestea à Mossoul, Jan Fabre, Thomas Ostermeier avec Sonia Bergamascoporta, James Thierrée, la compagnie historique Gaia Scienza (qui réunit Giorgio Barberio Corsetti, Alessandra Vanzi et Marco Solari), Ascanio Celestini, Saverio la Ruina et le jeune Julien Gosselin avec un texte emprunté à Don Delillo. Pour la première fois au festival, le français Cyril Teste invite l’actrice Isabelle Adjani à relire « Opening Night » de Cassavetes.

DIGITALIVE. PAYSAGES VIRTUELS La section Digitalive est dédiée aux sous-cultures numériques et virtuelles, hébergées dans les espaces du Mattatoio, qui compte également deux stars invitées telles que la chorégraphe et interprète japonaise Hiroaki Umeda et la promesse de l’électronique internationale où Nicolas Jaar s’est engagé aux côtés de la danseuse mexicaine Stéphanie Janaina.

MUSIQUE PAYSAGES SONORES Sons contemporains, électroniques, rock, jazz ou post-world avec les célèbres pianistes Katia et Marielle Labèque, Vanessa Wagner et Murcof, Lubomyr Melnyk et Craig Leon, Cornelius Cardew joué par Fabrizio Ottaviucci, Elzbieta Sikora et Audior, Lucia Ronchetti, Andrea Liberovici, Helga David avec l’Ensemble Shallfeld et l’Ensemble Parco della Musica Contemporanea dirigé par Tonino Battista. Enfin, un théâtre musical avec la compagnie Bartolini / Baronio et avec Hans Op De Beeck.

EXHIBIT. ARTS VISUELS Pour les arts visuels, les espaces du Mattatoio, de la Sala Santa Rita et du Palazzo Merulana accueillent Hans Op De Beeck, Pascale Marthine Tayou, Jan Fabre et les œuvres lumineuses et numériques de Gyula Várnai et de Quiet Ensemble.

THE GRAND FINAL Grand final en musique avec toutes les salles de l’auditorium au Parco della Musica remplies des sons de ChasPsol, Fatoumata Diawara, Christian Fennesz et des expérimentateurs Ryuchi Sakamoto et Alva Noto.

Extrait du programme

Programme sur le site officiel : https://romaeuropa.net/

du au
ical Google outlook Festivals Spectacles

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>